AZUR GABON/Plus de 200 Gabonais menacés de chômage pour une dette à l’ARCEP

23 août 20170
Partager
Des salariés d’Azur Gabon durant une campagne promotionnelle/photo archives Gabon initiatives.

Des salariés d’Azur Gabon durant une campagne promotionnelle/photo archives Gabon initiatives.

Les employés d’Azur Gabon vivent avec le stress de perdre leur emploi depuis plusieurs mois. Leur entreprise fait face à la crise économique qui secoue le pays et l’Avis à tiers détenteurs (ATD) que vient de leur imposer le patron de l’ARCEP fait davantage planer le spectre d’une mise sous scellés de la firme.

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que les fonds dont vous êtes dépositaire pour le compte de la Société USAN, débiteur à l’égard de l’Agence de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), en vertu du présent Avis à Tiers Détenteur sont affectés au privilège du Trésor Public dont elle bénéficie à concurrence de la somme de 1.043.355.785 Francs CFA, tous frais compris », c’est un extrait du courrier de Lin Mombo, Président de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), adressé à Azur Gabon. Cette note a davantage semé l’angoisse dans cette entreprise qui suffoque. Depuis trois ans, la société de téléphonie mobile accumule des arriérés de salaires et ne parvient plus à honorer les impôts régulièrement.

Arrivé à la tête de l’entreprise il y a un peu plus de deux mois, J. M. Kringer Vane a mis sur pied une nouvelle stratégie avec comme priorité le paiement du transporteur afin de stabiliser le signal source de profits pour Azur. « Nous avons besoin que les abonnés puissent appeler sans interruption. C’est en relançant la consommation des crédits de communication que via la reprise des commandes des masterdealers (grands distributeurs) nous pourrons payer le transporteur » indique l’Administrateur général, visiblement très convaincu que son plan conduira à un résultat satisfaisant.

Mais le courrier de l’ARCEP ne prédit pas des lendemains meilleurs à cette entreprise. Le plan de sortie de crise du nouveau patron d’Azur pourrait ne pas avoir le temps de germer si l’Autorité de régulation ne lui accorde pas une période nécessaire pour se refaire et régler ses dettes. Affilié au Groupe Bintel, Azur Gabon a touché le niveau le plus bas de ses ventes en janvier dernier. Selon certains employés, la dernière grève de ses salariés avait été suspendue au bout d’un accord avec l’ARCEP. L’Autorité de régulation et le Syndicat des agents d’Azur auraient convenu qu’une suspension de la grève n’entrainerait pas de dépôt de l’ATD.

Gabonews.

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?