Media : Label TV et Radio, une ambition panafricaine

12 août 20170
Partager

Les responsables du Groupe audiovisuel panafricain Africa Label TV et Radio étaient face à la presse le 11 août dernier dans ses installations basées dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville. Objectif, présenter le groupe et ses ambitions dans la sphère médiatique nationale et internationale à trois (3) jours de son lancement officiel.

Mactar Silla, président du Groupe Label TV et Radio et Ousmane Cissé son Directeur général ont entretenu la presse à la faveur de cette conférence de presse en prélude à l’inauguration du média le 14 août prochain en présence du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Pendant plus d’une heure, ils ont tenu à faire comprendre à l’assistance que le média va participer de manière méthodique, progressive et programmée au développement et au rayonnement du continent dans son ensemble, à travers notamment des contenus informatifs, en français et en anglais, restituant la « vraie » et « juste » actualité africaine.

A l’origine, ce projet médiatique nait de la volonté des pouvoirs publics, notamment avec le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) dans son volet Gabon des Services, qui avait formulé l’ambition de mettre en place un groupe médiatique panafricain au sortir du conseil des ministres du 12 novembre 2009. C’est donc la société MS Consulting, une SUARL, spécialisée dans le management, la communication, l’audiovisuel, les nouveaux médias et la formation pluridisciplinaire qui s’est investie dans ce projet. Son expérience dans l’édition et la gestion des chaînes de radio et télévision en Afrique a incité les pouvoirs publics à accompagner la réalisation de ce projet panafricain basé au Gabon, via l’‎Agence Nationale de Promotion Des Investissements du Gabon (ANPI-GABON).

Pour Mactar Silla, le choix du Gabon comme base de ce groupe médiatique est lié au fait que « ce pays est la terre d’Africa N1. Mais aussi qu’il apparait comme le pays africain qui présente le plus de prémisses et d’atouts en matière de projets médiatiques panafricains et peut en conséquence s’affirmer comme la plateforme continentale par excellence dans ce domaine ». La phase initiale du projet qui comporte trois (3) volets (Radio/Télévision/Formation) a été exécutée sur la période de 2013 à 2017. Il s’agit là des installations ultramodernes capables de générer quatre (4) chaînes simultanées et un centre multiplexage numérique de base pouvant recevoir et transporter huit (8) chaînes numériques et assurer la montée sur satellite.

Par ailleurs, sur les rumeurs autour de l’implication financière du gabonais Ali Bongo Ondimba dans la création de ce groupe, les promoteurs l’ont démenti de bout en bout. « Tant que vous resterez dans la perspective gabono-gabonaise, vous vous tromperez ! Nous ne sommes pas une chaîne gabonaise ! Nous ne sommes pas une chaîne gabonaise ! Nous ne sommes pas une chaîne gabonaise ! Ceux qui sont dans ce projet depuis quatre ans, savent par où je suis passé. Je ne suis pas du PDG, je n’ai pas de carte de PDG. Je suis un homme d’Affaires. Respectons-nous. Respectez ceux qui essaient de faire quelque chose pour ce pays. Le jour où Ali Bongo me donnera de l’argent, je le prendrais ! Mais dans le cadre d’une convention. », a martelé Mactar Silla, président du Groupe Label Radio TV.

Sur la même question, Ousmane Cissé, le Directeur général, par ailleurs, Auditeur et Expert fiscal a ajouté que « dans le modèle, le Gabon a bien mis de l’argent. Et c’est tout à fait normal. C’est un projet privé, réalisé par un investisseur privé, et le cadre législatif et règlementaire du pays prévoit un tel dispositif. Nous n’avons pas pris l’ANPI-Gabon pour rien comme partenaire. L’ANPI a mis un dispositif d’accompagnements. Les facilités douanières nous ont été accordées pour que l’investisseur n’aille pas dans un autre pays. Si c’était un projet du président de la République, on n’en sera pas là. Il ne nous aurait pas laissé quatre ans durant sans appui…Ce n’est pas un projet du Gabon. C’est juste un projet qui a eu l’honneur de se décliner ici au Gabon, par la clairvoyance du Chef de l’Etat ». Dans son ambition internationale, pour ses ressources humaines, le groupe avait lancé un appel à candidature qui a enregistré 1831 dossiers recevables. Dès le 14 août prochain, la matinale devrait entretenir l’antenne aux côtés des éditions d’information en français et en anglais. Mactar Silla, conscient que la grande bataille demeure dans l’audience et le contenu espère avoir une grille de programme aboutie au bout de cent (100) jours d’émission avec un contenu à 90% africain.

Dorian Ondo

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message