CRISE POSTELECTORALE AU GABON/« Aucun dialogue ne saurait remplacer le vote du peuple gabonais » selon Jean Ping

2 juin 20170
Partager

Niet au dialogue et nouvel appel à la médiation de la communauté internationale pour une passation de pouvoir. Jean Ping maintient donc sa posture malgré les interpellations de Casimir Oyé Mba et de Guy Nzouba Ndama. Un choix frisant l’isolement politique. Il s’est adressé aux gabonais depuis sa résidence de Libreville, ce vendredi 2 juin.

L’opposant Jean Ping a mis fin aux spéculations sur la tenue d’un dialogue entre lui et son rival politique Ali Bongo Ondimba. Pour le respect de la volonté de la population de son pays et pour la mémoire des gabonais tombés sous les balles durant les violences survenues après l’annonce des résultats du vote du 27 Août 2016, il a choisi de ne pas participer à une rencontre avec le pouvoir actuel. A ses yeux, ce dialogue serait une occasion de perpétuer la domination du Gabon par la famille Bongo. Pour illustrer cela, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine a évoqué ce type de rencontres survenues sous le règne de 42 ans du défunt Omar Bongo : « Est-il besoin de rappeler, pour mémoire, que depuis les années 1990, à la faveur de la Conférence nationale, des Accords de Paris en 1994, des Accords d’Arambo en 2006, le Gabon était entré dans un cercle vicieux ponctué par la spirale élections truquées, violences électorales et massacres des populations, dialogue national, distribution de postes ! Toutes choses qui rendaient l’alternance impossible et conduisaient donc inexorablement, à la conservation du pouvoir par la même famille, le même clan, aboutissant ainsi à la confiscation et la monarchisation du pouvoir ».

Jean Ping vers l’isolement politique ?
La réaction de la principale figure de l’opposition gabonaise actuelle était très attendue par ses supporters depuis quelques jours, suite aux appels successifs de Casimir Oyé Mba, vice-président de l’Union nationale et de Guy Nzouba Ndama, leader du parti les Démocrates. Cette réponse marquant un refus catégorique à toute entrevue avec Ali Bongo Ondimba pourrait fissurer la Coalition autour de Jean Ping au cas où ces deux soutiens dresseraient le cap sur un arrangement entre eux et Ali Bongo. Alain-Claude Billie bi-Nze, le ministre gabonais de la Communication et porte-parole du gouvernement a dit, lors de sa dernière conférence de presse, que les portes officielles et non officielles sont ouvertes à Oyé Mba et à Nzouba Ndama. Ces derniers, reconnaissant toujours la victoire de Jean Ping, estiment qu’un troisième dialogue, même à huis clos est nécessaire car le Gabon est bloqué.


Une médiation internationale pour la passation de pouvoir

Malgré le mutisme de la communauté internationale face aux appels de celui qui se considère comme le président élu du Gabon, ce dernier est toujours convaincu de trouver un remède à la crise actuelle au sein de cette communauté : « …en vue de la nécessaire réconciliation nationale, je reste ouvert et je lance un appel solennel à la communauté internationale pour une médiation en vue de rétablir la vérité des résultats du scrutin du 27 Août 2016 que j’ai remporté telle que le monde entier le sait. Je dis bien une médiation et non un dialogue avec Ali Bongo en vue de rétablir la vérité des urnes et d’assurer les conditions pacifiques d’une passation de pouvoir ». Un cri de plus qui a suscité des réactions dans la foule venue suivre cette déclaration. Une réaction montrant l’exaspération du public sur la confiance que leur président accorde à la communauté internationale. Depuis le début de cette crise, les partenaires du Gabon ont clairement montré leur refus à s’ingérer dans cette affaire.

GMN

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?