Martine Oulabou : 23 ans déjà

23 mars 20150
Partager

La date du 23 mars de chaque année représente pour les enseignants du Gabon la lutte syndicale pour un mieux être de l’éducation. En effet, cette date commémore le décès de Martine Oulabou Mbadinga, tombée sur le front de la contestation syndicale un certain 23 mars 1992.

En hommage à celle que les enseignants nomment « le martyr de l’éducation », la journée nationale de l’Enseignant est célébrée à la date du souvenir de son décès afin de garder intacte l’image de sa lutte pour cette fonction noble et surtout pour regarder le chemin qui leur reste à parcourir dans l’amélioration des conditions d’apprentissage de la jeunesse gabonaise. Cette année, avec le contexte actuel difficile, marquée par la grève générale lancée par les enseignants membres de la Convention nationale des Syndicats du Secteur de l’Education (CONASYSED) et le refus de participer à ce mouvement par les membres du Syndicat de l’Education Nationale (SENA), la célébration de cette édition, la 23ème du genre, s’est faite de manière dispersée.

En effet, si du côté du SENA, Fridollin Mvé Messa, Président de ce syndicat, estime que le thème de cette commémoration, est marqué du sceau du recueillement, de la prise de conscience et de la responsabilité des enseignants, en ce sens que le mouvement qui perdure dans le secteur de l’éducation depuis quelque mois déjà ne garantit pas un réel épanouissement des élèves et que ce mouvement jette en pâture la jeunesse gabonaise ; pour ce qui est des membres de la CONASYSED, en l’occurrence Simon Ndong Edzo, délégué général de la Conasysed, la thématique de cette année est : l’importance de la lutte syndicale dans l’émergence de la société gabonaise, car le combat mené par les membres de ce syndicat s’apparente à celui mené il y’a 23 ans par celle qui voulait que les élèves et les enseignants travaillent dans les conditions les meilleures.

Par ailleurs, Martine Oulabou, représente le symbole de la lutte syndicale au Gabon, et ce depuis sa mort le 23 mars 1992 lors d’un mouvement de revendication quant à l’amélioration des conditions d’apprentissage et d’études de la jeunesse gabonaise. Il est à noter qu’aucune manifestation n’a été organisée officiellement par les autorités du Ministère de l’Education Nationale afin de rendre un hommage aux enseignants du Gabon ou d’encourager ces personnes qui font l’éducation de la Nation.

Mikel Doussengui

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?