Des étudiants en grève de la faim décidés à aller jusqu’au bout

14 août 20140
Partager

Un groupe d’étudiants de plusieurs établissements supérieurs du Gabon est allongé dans la cour de la cathédrale sainte Marie de Libreville où ils ont élu domicile il y a déjà huit jours. Ces étudiants posent comme revendications le payement des bourses à tous les étudiants bacheliers, la réhabilitation des étudiants exclus de l’UOB et la libération des étudiants emprisonnés.

Quelque cent étudiants issus des établissements supérieurs, entre autre l’UOB, USTM et l’USS, ont décidé de manifester leur colère en observant une grève de la faim illimitée devant la cathédrale Sainte-Marie de Libreville.

Selon le président de la ligue estudiantine des droits de l’homme, en grève également, « le Premier ministre avait promis soumettre au président de la république les revendications des étudiants dès son retour des USA, hors le président est rentré vendredi et toujours aucune suite aux problèmes posés ».

Trois principaux points sont à l’origine de ce mécontentement des étudiants : d’abord le problème du payement des bourses aux bacheliers de 2013. A ce sujet, les étudiants s’appuient sur le décret présidentielle n°0404/PR/MENESTFPRSCJS/ du 26 septembre 2012 fixant les conditions d’attribution de bourses au Gabon qui selon eux n’a pas été respecté par l’agence Nationale des Bourses du Gabon qui aurait accordé la bourse a certains et pas à d’autres.

Concernant le point suivant qui porte sur les exclusions des étudiants qui avaient été prononcé au cours des conseils de disciplines qui s’étaient tenu dans les différents départements de l’Université Omar Bongo, les grévistes estiment que celles-ci étaient faites de manière arbitraire et demande la réhabilitation des exclus.
Enfin il y a le problème de la libération des étudiants incarcérés. Les grévistes par la voix du président de la ligue estudiantine des droits de l’homme, disent que la place de l’étudiant se trouve dans les amphithéâtres et non dans une prison. Et aussi que la manière avec laquelle ils avaient été arrêtés n’avait pas respecté la procédure judicaire. Ils en appellent donc au pouvoir de grâce du Chef de l’Etat pour la libération de leurs amis.

Depuis le début de cette grève de la faim, plusieurs étudiants grévistes présentent déjà des problèmes sanitaires dus à la rupture d’alimentation de l’organisme. Certains cas ont même nécessité des évacuations. La situation s’annonce très dure pour eux dans la mesure où les hôpitaux publics connaissent également une grève qui chaque jour se durcit.

Patrick CHARFERRY

GN/14

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?