6e CONGRES ORDINAIRE DU SENA : la lutte continue avec Mve Messa, mais hors de la CONASYSED

30 juin 20150
Partager

A l’issu du sixième congrès ordinaire du Syndicat de l’Education Nationale (SENA) qui s’est achevé le 28 juin à Libreville, le Secrétaire général sortant a été sans trop de suspens reconduit à ce poste pour un nouveau mandat de quatre (4) ans renouvelable une fois conformément aux nouvelles dispositions des Statuts du syndicat. Le congrès a été l’occasion de faire le ménage dans les rangs avec plusieurs exclusions enregistrées de « certains dissidents ».

Après plusieurs tractations en interne, c’est finalement la seule liste portée par Fridolin Mve Messa qui a été reconduite à la direction du bureau national exécutif du SENA. La journée du 28 a permis au congressiste, avant de passer à l’élection, de discuter sur les Statuts et Règlement intérieur du syndicat. Une modification essentielle a été relevée, celle liée à la limitation de mandat. A ce sujet les congressistes ont décidé de supprimer la disposition qui stipulait que « le mandat du bureau était de quatre ans renouvelable », et ont opté pour « le mandat du bureau est de quatre (4) ans renouvelable une fois ». Le nombre des membres du bureau qui est de vingt-cinq (25) n’a pas été modifié.

Par ailleurs, le congrès a décidé, toujours au vote du retrait du SENA de la CONASYSED (Convention Nationale des Syndicats du Secteur de l’Education) de façon définitive. Tout cela à cause du flou qui planerait sur le réel statut de ce groupement qui tend plus à s’activer comme un syndicat, à en croire certains agissements de ses dirigeants. Le SENA après 24 ans d’existence souhaite faire bonne figure dans la défense des intérêts des enseignants et des élèves. En outre, le congrès a procédé à l’exclusion de plusieurs membres qualifiés de « dissidents » par les congressistes. Ainsi, parmi les exclus, il y a des syndicalistes bien connus tels que Marcel Libama, Louis Patrick Mombo, et Youssouf Mouhamed, pour ne citer que ceux-là. Au total, sur sept (7) camarades, six (6) ont été exclus.

Fridolin Mve Messa a tenu à indiquer que ce congrès n’était pas une réponse au congrès organisé il y a quelques mois par les « dissidents ». « Le SENA est un syndicat un et indivisible. C’est un grand syndicat du secteur éducatif au Gabon », a-t-il déclaré. Il a ajouté que ce congrès souhaite lancer le syndicat sur de nouvelles bases. Et conformément à la thématique retenue pour ce congrès qui était « Mobilisation pour un syndicalisme d’action », le Secrétaire général a notifié que parmi les priorités de ce mandat, « nous devons mettre en place tous les bureaux provinciaux. Actuellement nous sommes à sept (7) sur neuf (9) provinces. Mais nous devons aussi amener plus de membre dans le SENA ».

Dorian Ondo

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?