Préparation à la COP21/ Les enseignements du Conseil des ministres de la CEEAC

2 septembre 20150
Partager

Réunis à Libreville le 27 août 2015 à l’occasion du Conseil Extraordinaire des Ministres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) sur les changements climatiques à l’effet d’adopter une position commune de l’Afrique Centrale en vue de la 21ème Conférence des Parties (COP 21) sur les changements climatiques, les ministre ont commis une déclaration dont la mesure importante demeure la mise en place avant la COP 21 du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique centrale (FEVAC).

L’objectif du Conseil était de préparer le Sommet Extraordinaire sur l’adoption de la position commune des Etats membres de la CEEAC en vue de la 21ème Conférence des parties (COP21) prévue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris (France). Parmi les participants aux travaux de Libreville, il y avait l’Angola, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la République Démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Démocratique de Sao Tomé & Principe, le Tchad et le Rwanda. Le seul pays absent était le Burundi.

La Déclaration des Ministres de la CEEAC a réaffirmé l’engagement des Etats membres à contribuer selon leurs capacités à l’effort mondial de limitation de la hausse de la température moyenne globale en deçà de 2°C, conformément aux récents travaux du GIEC. Elle engage également les Etats membres à adapter leurs modèles de développement en y intégrant la question des changements climatiques ; mais surtout de soutenir la prise en compte des secteurs prioritaires de l’économie verte dans les politiques de développement durable. Et c’est dans cette optique que les Etats s’engagent aussi à mettre en œuvre avant la COP21, « la Décision n° 27/CEEAC/CCEG/XVI/XV du 25 mai 2015 portant création du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale destiné à être logé à la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) ».

En outre, la Déclaration des ministres de la CEEAC annonce aussi la mise en exercice de la décision N° 73 /CEEAC/CCEG/XVI/XV du 25 mai 2015 portant création d’un fonds du développement du secteur électrique, notamment les énergies renouvelables en Afrique Centrale. Par ailleurs, sur la Réduction des Emissions liées à la Déforestation et Dégradation des forêts (REDD+), les Etats membres ont tenu à « Réaffirmer l’engagement des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), avec la coordination technique de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), pour la mise en œuvre de la REDD + comme outil de développement durable et pilier de l’économie verte ».

Les assises extraordinaires de Libreville, convoquées par Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la CEEAC ont permis de faire un pas supplémentaire vers l’adoption d’une position commune qui devrait se faire au prochain sommet de la Conférence des Chefs d’Etat et Gouvernement de la CEEAC sur les changements climatiques dont la date reste à définir.

Dorian Ondo

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?