OLAM Kango : le développement des plantations de palmiers d’Awala et l’huile made in Gabon

17 janvier 20170
Partager

La visite de presse initiée par Olam sur ses investissements à travers le Gabon a conduit les médias à Kango au cœur des plantations de palmier à huile. Dans cet espace appelé Plantation d’Awala, les journalistes sont allés s’enquérir de l’état de développement de ce grand projet de production d’huile et son impact environnemental et social.

La visite des plantations de palmier à huile d’Olam à Awala requiert quelques inductions (mesures de sécurité) préalables avant d’enfiler les équipements de protection individuels (bottes et casque) obligatoires et adéquats pour circuler à travers les sillons de ces palmiers à perte de vue. Ces mesures de sécurité sont obligatoires et nécessaires car elles permettent de préserver la vie humaine comme l’indique Tarsicius Mbombé, grâce au respect scrupuleux de ces règles « nous n’avons enregistré aucun décès depuis 2012 ».

Sur un espace total de 20030 hectares, seuls 6500 sont plantés. Le reste constitue une zone protégée dite de haute valeur de conservation.

Le développement de terre a débuté en 2011 (déforestage et planting) après un processus appelé CLIP (Consentement Libre Informé et préalable) dont le but est de requérir l’assentiment des populations se trouvant dans la zone du projet par des explications et des informations sur l’impact positif ou négatif du projet.

Une rencontre avec les populations qui avait d’ailleurs débouché sur un contrat social qui a amené Olam à investir sur un certain nombre de projets sociaux à savoir : la réhabilitation des pompes hydrauliques et des écoles, la pause de lampadaires solaires, et la distribution des kits solaires domestiques.

La plantation d’Awala emploie 1250 jeunes gabonais dans les plantations et au sein de l’administration. Le site possède également une usine de transformation de première récolte de plantation (production d’huile brute), un site conforme à la norme internationale durable RSPO : c’est la première étape avant l’acheminement vers la deuxième usine de raffinage situé à Lambaréné.

JPEG - 109.3 ko

C’est ensuite dans la ville du Docteur Schweizer que l’huile brute est convoyée. Olam a acquis l’usine de raffinage de Lambaréné, bien que toujours les traces de son ancien propriétaire Siat Gabon y demeurent. C’est dans cette usine, qui emploie 92 personnes dont 94% de main d’œuvre locale, que cette huile est stockée dans des tanks et va suivre le process de raffinage jusqu’à l’emballage et l’étiquetage. Cette huile brute permet également la fabrication du savon.

L’usine de raffinage de Lambaréné permettra à terme le raffinage des huiles brut provenant non seulement de l’huilerie d’Awala mais aussi celle en cours à Mouila.

PC

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?