Manganèse : Français, Chinois et Australiens sur le terrain

22 juillet 20140
Partager

A côté de la Comilog, filiale du groupe français Eramet, il y a désormais des entreprises australiennes et chinoises. Le temps où la Comilog avait le monopole de l’extraction de manganèse au Gabon semble derrière. Le gouvernement est décidément engagé à diversifier les investisseurs dans ce domaine.

Plus d’un demi-siècle après le lancement des premières exploitations à Moanda, le Gabon se positionne comme le 2ième producteur mondial de manganèse. 3,7 millions de tonnes en 2013 et une estimation de 4 millions pour 2013, la production nationale va rester pour longtemps encore l’une des plus importantes du monde avec ses réserves estimées à 200 millions de tonnes. Ce qui attire surtout c’est la teneur du minerai gabonais qui est importante et évaluée à près de 50%. Une richesse qui fait depuis 1962 les affaires de la Comilog. L’entreprise qui emploie près de 1.500 personnes est pourtant accusée de dégrader l’environnement en plus d’avoir installé et maintenu un contraste entre ses revenus colossaux et son investissement social « insuffisant ».

Selon ce qu’indique Mondafrique, la Comilog doit désormais faire face à de la concurrence. Des entreprises chinoises et australiennes. De nouvelles mines sont ainsi mises en exergue. La mine de MBembélé dont les réserves sont estimées à 26 millions de tonnes sera exploitée pendant les 25 prochaines années par les Chinois de Huazhou soit 1,04 millions de tonnes par an et des recettes de l’ordre de 6 à 8 milliards.

Eramet et sa filiale Comilog n’exploiteront pas non plus le nouveau gisement de Franceville qui ne pèse pas moins de 60 millions de tonnes. C’est BHP Billiton qui a été choisi par l’Etat gabonais.

Selon Mondafrique, ces deux projets vont rapporter d’importants revenus à l’Etat. L’impôt annuel de Mbembélé est estimé à 2 milliards de francs sans compter les différentes redévances. Des centaines d’emplois seront offerts pendant les longues années d’exploitation.

C’est donc dire que le Gabon a décidé de diversifier véritablement ses partenaires. Le français Eramet n’exploite plus seul les mines de manganèse du Gabon puisque le chinois Huazhou et l’australien BHP Billiton sont désormais sur le terrain.

Mais la Comilog n’est pas forcement inquiète. Le groupe minier a enregistré 4 % de hausse de son chiffre d’affaire sur les 9 premiers mois de l’année 2013 et devrait atteindre 4 millions de tonnes en 2014.

GN/14

MONDAFRIQUE

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?