« La diversification de l’économie nous impose à encourager l’entreprenariat » dixit Madeleine Berre

30 octobre 20150
Partager

Le Ministre du Commerce, des PME, de l’Artisanat, du Tourisme et du Développement des Services était récemment l’hôte de l’incubateur national. Dans un échange sans détour avec les jeunes entrepreneurs, le ministre a rassuré les jeunes sur leur démarche, tout en les invitant à « mutualiser leurs efforts pour être plus efficace dans la quête des marchés publics ». Madeleine Berre a saisi cette occasion pour annoncer le lancement dans un avenir proche d’une campagne d’identification des entreprises sur l’ensemble du territoire.

S’inscrivant dans le cycle de conférence baptisé ‘’Petit déjeuner’’, la rencontre avec le ministre du Commerce a tenu toutes ses promesses. En effet, pour Radia Garrigues, la Directrice Exécutive de JA Gabon, « le but, c’est de faire quelque chose de conviviale et de sincère ». Cela s’est vécu dans la première phase de cette rencontre lorsque Madeleine Berre a partagé aux jeunes incubés son parcours professionnel, dans le privé notamment qui a duré 22 ans. A en croire le témoignage de cette juriste de formation 3e cycle en Conseil juridique et fiscal, le cabinet Deloitte Gabon aura été sa plus grande et passionnante aventure professionnelle.

Sans trop, focaliser l’attention sur sa personne, le ministre a entretenu l’assistance sur « les dispositifs actuels en faveur des TPE et PME et les actions à venir ». A ce sujet, le ministre qui était accompagné de son délégué Irène Lindzondzo, a indiqué qu’aujourd’hui leur objectif est de « remettre l’entreprise au cœur du développement et de l’économie ». Et pour y parvenir, il faut « encourager l’entreprenariat. Mais pour un bon entrepreneur il faut avoir des bons outils et une bonne motivation ». Néanmoins, Madeleine Berre n’a pas manqué de déplorer le fait que « l’entreprise gabonaise soit dans une posture d’assistanat. Elle demande trop. Elle pense que l’Etat va tout faire ». Et pourtant, a-t-elle souligné, « la PME gabonaise bénéficie de 5ans sans payer les impôts. Cette économie fiscale vise à permettre à la PME d’investir pour son développement ».

Et c’est sans doute pour ces difficultés de développement des PME que le ministre du Commerce prône pour la mutualisation des compétences. Selon elle, « il faut mutualiser les efforts pour l’essor des entreprises gabonaises. Pour qu’elles évoluent dans une dynamique d’excellence ». En réalité, la nouvelle équipe ministérielle en charge des PME envisage « labéliser l’entreprise gabonaise ». C’est dans cette optique qu’une « vaste campagne d’identification des entreprises gabonaises sera lancée » dans les prochaines semaines. Après l’identification, « nous allons recenser leurs besoins de développement en vue de les accompagner, chacune à son niveau ». L’objectif est de « savoir qui fait quoi, afin que les entreprises soient orientées vers des secteurs porteurs ».

Par ailleurs, les jeunes entrepreneurs ont saisi cette occasion pour dénoncer les harcèlements dont ils seraient victimes de la part de la municipalité sur le paiement de certaines taxes. A ce sujet, le ministre a reconnu le conflit de compétence permanent entre son administration et la mairie de Libreville. Sur le coup, elle a promis mettre tout en ordre sur la question. Car, cela fait partie des enjeux des réformes à venir dans le secteur, notamment avec la modification du dispositif de la loi 2005.

Dorian Ondo

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?