GABON : Une volonté affichée de développer de nouveaux marchés - Les secteurs secondaire et tertiaire au centre des intérêts économiques

23 octobre 20140
Partager

Gabon, octobre 2014 : La diversification économique est en marche. Le Gabon a fait et continue de faire de nombreux efforts pour développer son économie à travers trois grands axes que sont l’environnement, l’industrie et les services. Soumis à un examen détaillé par le cabinet international d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG) les dernières avancées et données macroéconomiques du pays sont présentées dans la nouvelle publication The Report : Gabon 2014.

The Report : Gabon 2014 présente un panorama détaillé de chaque secteur de l’économie gabonaise, tout en mettant l’accent sur les progrès du pays en termes de diversification économique. Alors que le Gabon est en proie à résoudre ses problèmes de trésorerie, le rapport souligne, par exemple, le potentiel de la filière bois comme catalyseur d’un modèle de croissance inclusive, notamment en misant sur la transformation locale des grumes.

En présence d’Etienne Dieudonné Ngoubou, Ministre du Pétrole et des Hydrocarbures et de Nina Alida Abouna, Directrice Générale de l’Agence de la Promotion des Investissements et des Exportations (APIEX), The Report : Gabon 2014, cinquième publication annuelle du même nom, a été lancée lors du Forum Gabon Oil & Gas au Stade de l’Amitié-Angondjé le 22 octobre 2014, à Libreville.

Des intervenants triés sur le volet tels que le PDG de Shell Gabon, Godson Njoku ; le Directeur Général de Vaalco, Rodney MacAlister ; ou encore la Directrice-pays de la Banque Mondiale, Zouera Youssoufou, ont pris la parole lors de l’événement. Ainsi, un mélange de personnalités issues à la fois du secteur privé et public ont pu s’exprimer sur les opportunités et défis liés au secteur du pétrole et des hydrocarbures.

Pour sa part, The Report : Gabon 2014 inclut un entretien d’Ali Bongo Ondimba, Président de la République du Gabon, discutant des sujets de fond tels que le plan stratégique Gabon émergent, les inégalités sociales, le chômage, ou encore l’intégration économique sous-régionale. Le rapport contient également un large éventail d’entretiens avec les principaux représentants politiques et économiques, notamment le Premier Ministre Daniel Ona Ondo, le Directeur Général du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques Serge Thierry Mickoto, et le PDG de Portek International, Takao Omori.

Concernant les ressources naturelles, plus particulièrement le pétrole et les hydrocarbures, le rapport souligne l’importance de l’adoption du nouveau code des hydrocarbures afin de renforcer la confiance des investisseurs étrangers. Grâce à la nouvelle règlementation en place, les conditions de lancement d’appels d’offres pour l’attribution de blocs en eau profonde sont désormais réunies. Alors que certains champs de pétrole vieillissant ont été réhabilités dans le but d’optimiser leurs productions, de nouvelles découvertes en eau profonde vont aussi contribuer à l’augmentation de la production sur le long-terme.

Le Directeur Editorial Afrique d’OBG, Robert Tashima, a déclaré que le secteur du pétrole et des hydrocarbures constitue une source de revenues importante pour l’état, mais que les efforts de diversification commencent à porter leurs fruits, notamment dans les secteurs secondaire et tertiaire.
« Tout comme certains de ses pays voisins, le Gabon doit actuellement faire face à des défis fiscaux. Cependant, les secteurs historiques du pays offrent toujours des retours sur investissement intéressants pour tous investisseurs ayant une vision à long-terme. »

« Tandis que l’octroi de licences offshore stimulera l’arrivée de nouvelles dépenses de capital et entraînera des revenus étatiques additionnels, la mise en place du Plan Stratégique Gabon Emergent a permis le développement de nouveaux secteurs comme la construction et les infrastructures. »

« En outre, les efforts du gouvernement afin de se diversifier et de recourir de plus en plus aux Partenariats Public-Privé (PPP) offrent de nouvelles opportunités pour la réalisation de projets sur le moyen-terme. De plus, de nombreux domaines d’activités sont concernés, de l’agro-industrie en passant par l’industrie des services. »

Le rapport d’OBG met aussi en évidence le secteur de l’agriculture comme élément clé de la stratégie de diversification du gouvernent. Longtemps laissé-pour-compte, l’objectif du pays est d’aujourd’hui de se diriger vers la voie de l’autosuffisance alimentaire, et de réduire la facture des importations alimentaires. Néanmoins, en 2014, le développement du secteur a été freiné par des contraintes budgétaires, mais la volonté politique reste de mise.

Commentant les perspectives économiques du pays, Andrew Jeffreys, Président Directeur Général d’OBG, a indiqué que le Gabon, à travers son plan d’émergence, reste l’un des moteurs économiques de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

« Malgré une faible densité de la population, le Gabon est aujourd’hui la deuxième plus grande économie de la sous-région, après le Cameroun. Au-delà de sa longue stabilité politique connu de tous, le Gabon, en dynamisant ses secteurs hors-pétrole, a su répondre présent au rendez-vous de la modernisation ».

Conscient des défis qui restent à relever, Andrew Jeffreys insiste sur l’éducation comme vecteur de croissance inéluctable.

« L’inadéquation entre les programmes d’études et les besoins du marché du travail doit être améliorée, avant que le niveau de chômage n’augmente rapidement. Ainsi, nous avons noté que le gouvernement s’efforce de surmonter le déficit en main-d’œuvre compétente, notamment à travers la création d’écoles de formation professionnelle tel que l’Ecole des Mines et de Métallurgie de Moanda. »
« Tous ces efforts auront pour effet d’augmenter les niveaux de compétences et de stimuler la croissance des industries nationales », a-t-il ajouté.

La publication de The Report : Gabon 2014 marque l’aboutissement de plus de six mois de recherches sur le terrain, effectuées par une équipe d’analystes d’OBG. Au-delà des secteurs mentionnés ci-dessus, le rapport examine aussi les tendances et les évolutions des secteurs tels que la finance, les marchés de capitaux ou encore les télécommunications. Le rapport a été réalisé avec l’aide, pour la recherche, de l’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations, de BGFIBank et de Deloitte. Il est disponible en version imprimée ou en ligne.

A propos d’Oxford Business Group
Le cabinet d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG) est aujourd’hui l’un des leaders de l’information économique et financière sur les économies émergentes. Des équipes sont présentes en Afrique, au Moyen Orient, en Asie et en Amérique Latine.

OBG développe une variété importante d’analyses également disponibles en ligne, reprenant l’ensemble des aspects de l’économie de ces pays, incluant les derniers développements politiques, le secteur bancaire, des assurances et marchés financiers, l’énergie, les transports et infrastructures, l’immobilier, les télécoms, l’informatique, l’industrie, l’éducation, la santé ainsi que l’agriculture.

Les rapports économiques annuels d’OBG sont une source de référence pour l’intelligence économique locale et régionale. Par ailleurs, OBG met à disposition de ses clients les « Economic Updates » ; ces notes d’information économiques publiées en ligne fournissent des analyses approfondies et mises à jour sur des sujets qui intéressent des dizaines de milliers d’abonnés dans le monde. Quant à la branche consulting d’OBG, elle offre des études de marchés sur mesure et conseille les entreprises opérant sur ces marchés ou cherchant à les pénétrer.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Oxford Business Group, 131-151 Gt Titchfield St, Londres, UK W1W 5BB
Stephanie Parker, Directrice de la Communication
Téléphone : +44 207 403 7213
E-mail : sparker@oxfordbusinessgroup.com
www.oxfordbusinessgroup.com

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?