Déclaration à l’issue de la mission de consultations de 2014 au titre de l’article IV au Gabon 

5 novembre 20140
Partager

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Montfort Mlachila, a séjourné à Libreville du 22 octobre au 5 novembre 2014 pour mener les entretiens relatifs aux consultations de 2014 au titre de l’article IV[1].

La mission a eu des entretiens constructifs avec M. Daniel Ona Ondo, Premier Ministre ; M. Régis Immongault, Ministre de l’économie, de la promotion des investissements et de la prospective ; M. Christian Magnagna, Ministre du budget et des comptes publics ; M. Étienne Ngoubou, Ministre du pétrole et des hydrocarbures ; M. Christophe Akagha-Mba, Ministre des mines, de l’industrie et du tourisme ; Mme Rose Rogombé, Présidente du Sénat ; M. Denis Meporewa, Directeur national de la BEAC ; les membres des Commissions des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires. La mission s’est entretenue aussi avec des représentants du secteur privé, de la société civile et des partenaires au développement.
 
À l’issue de la mission, M. Mlachila a prononcé la déclaration suivante :
 
« En raison des contreperformances de l’économie gabonaise, notamment une croissance faible (moins de 1% en moyenne entre 2000 et 2009) et un niveau de chômage relativement élevé d’environ 20% , le gouvernement a engagé judicieusement en 2010 un programme ambitieux de réformes, le Plan Stratégique Gabon Émergent (PSGE), dont l’objectif est de faire de l’économie gabonaise une économie émergente et diversifiée d’ici 2025. Ce plan est étayé par une expansion importante du programme d’investissement public visant à s’attaquer aux goulets d’étranglement dans les infrastructures.
 
« La performance de croissance du Gabon a été forte au cours des quatre dernières années. La croissance du PIB réel a été en moyenne d’environ 6% entre 2010 et 2013, du fait d’un accroissement important de l’investissement public. Cependant, il y a eu un ralentissement de la croissance en 2014, qui est passée d’environ 5,6% en 2013 à une prévision de 5,1% en 2014, reflétant en partie une réduction substantielle des dépenses publiques. L’ajustement des dépenses publiques en 2014 a répondu à un affaiblissement considérable de la situation fiscale causée par une augmentation rapide des dépenses d’investissement public au cours des dernières années. En 2013, l’excédent budgétaire global (base engagements) avait pratiquement disparu, après un record d’environ 6% du PIB en 2009, et d’importants arriérés de paiement avaient été accumulés. Des tensions inflationnistes pourraient apparaitre telles qu’observées dans la plupart des pays de la sous région.
 
« Les perspectives de croissance restent robustes à moyen terme, aux alentours de 6 % en moyenne pour les cinq prochaines années, en dépit d’une baisse attendue de la production de pétrole. La croissance devrait être portée par l’investissement public, les ressources naturelles hors pétrole et les services. Plusieurs projets en cours dans l’agro-industrie, les mines et le traitement du bois devraient soutenir la croissance non pétrolière attendue.
 
« Les principaux risques de dégradation des perspectives économiques à court et à moyen terme sont ceux d’une politique budgétaire expansionniste et de faibles capacités d’exécution des investissements, qui conduiraient à une nouvelle réduction des marges budgétaires et à un espace budgétaire insuffisant pour lever les obstacles à la croissance. C’est particulièrement le cas dans le contexte de mauvaises perspectives des cours des produits de base, en particulier du pétrole.
 
« Compte tenu des défis économiques que le Gabon rencontre, les consultations au titre de l’article IV ont porté essentiellement sur la mise en œuvre du PSGE tout en assurant la viabilité des finances publiques. Les discussions ont porté essentiellement sur les questions suivantes : i) créer un espace budgétaire nécessaire pour financer le PSGE sans compromettre la viabilité des finances publiques, notamment en maîtrisant l’accumulation rapide de la dette publique ; ii) renforcer la compétitivité et promouvoir la diversification de l’économie, et iii) développer le secteur financier et consolider la stabilité financière.
 
« La mission félicite les autorités de s’être attaqué aux tensions budgétaires émergentes dans le cadre du budget 2014 révisé et du projet de budget pour 2015, et de s’être penché sur la question des arriérés qui se sont accumulés. Il conviendrait de redoubler d’efforts pour veiller à ce que le PSGE soit financé de manière adéquate sans compromettre la viabilité des finances publiques. Il s’agirait de mieux maîtriser la masse salariale et de réduire progressivement les subventions énergétiques coûteuses et inéquitables, ainsi que de mieux établir les priorités dans le budget d’investissement afin de mettre l’accent sur les infrastructures ayant un impact économique plus important, tout en orientant les dépenses dans les domaines sociaux bien ciblés. Étant donné les avantages fiscaux généreux déjà accordés à certains secteurs d’activité au titre du PSGE, il est nécessaire d’élargir l’assiette de l’impôt en dehors du secteur pétrolier, notamment en réduisant les exemptions fiscales.
 
« La mission soutient les efforts que le gouvernement déploie pour améliorer le climat des affaires et la qualité du capital humain. Ces efforts sont nécessaires au succès du PSGE car ils sont indispensables pour rehausser la productivité. La réussite du programme du gouvernement dépend du rythme et de l’intensité des réformes structurelles. Des initiatives telles que le renforcement des mesures assurant le respect des droits des créanciers devraient favoriser l’expansion des circuits financiers et améliorer l’accès au crédit. Par ailleurs, les autorités devraient s’attaquer à la situation financière des banques publiques fragiles afin de consolider la stabilité financière.
 
« La mission a souligné que le FMI est déterminé à renforcer ses relations avec les autorités gabonaises pour les aider à relever ces défis. Il est prévu que le Conseil d’administration examine le rapport des services du FMI sur les consultations au titre de l’article IV en janvier 2015.
 
« La mission tient à remercier les autorités de leur hospitalité chaleureuse, ainsi que de leur collaboration très étroite et constructive. »

Carl FANGA / IMF Press Center

GN/14

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?