CAHIERS ÉCONOMIQUES DU GABON/ "Protéger les pauvres, malgré une croissance incertaine", a proposé la Banque Mondiale

17 décembre 20150
Partager

Cette recommandation émane de la Banque Mondiale, qui a présenté ce 16 décembre à Libreville, le premier numéro des Cahiers Économiques du Gabon. « Le climat des affaires contraignants au Gabon constitue un des obstacles majeurs au développement du secteur privé non pétrolier et à la diversification de l’économie », ont résumé les experts de l’institution internationale.

Pourtant bien partie en 2013 (5,6%), la croissance gabonaise a perdu des chiffres non négligeables pour un pays visant l’émergence d’ici 2025. Le rapport de la Banque Mondiale livre une courbe dont l’évolution progresse lentement vers la baisse : 4,3% en 2014 et 4,1% en 2015. Ces Cahiers ont pour objectif d’évaluer la situation économique du pays et de faire des propositions sur la lutte contre la pauvreté.

« Malgré la chute du prix du pétrole et la dépendance du pays envers les recettes pétrolières, les perspectives de croissance dans les prochaines années demeurent positives. Et en dépit de la faible croissance en 2014 et 2015, les secteurs non pétroliers comme les services, l’agro-industrie ou le secteur minier, continueront d’être les principaux moteurs de croissance » a fait remarquer Souleymane Coulibaly, le superviseur du rapport. Mais l’économiste n’a pas précisé si ces secteurs seront réellement pourvoyeurs d’emplois.

Le nombre de chômeurs s’accroit dans le pays, favorisant la progression de la pauvreté et de l’insécurité. De nombreux jeunes diplômés issus des écoles supérieures postulent de plus en plus, en dernier recours, au recrutement des forces de sécurité. Pour eux, obtenir un emploi après une formation est une véritable incertitude. La plupart des jeunes sans diplômes amplifient la délinquance.

« La volatilité de l’économie gabonaise provoquée par sa forte dépendance aux exportations de pétrole se répercute sur les citoyens. Les pauvres, d’habitude plus exposés aux risques et moins aptes à avoir accès aux opportunités, sont les plus vulnérables face à ces fluctuations. Cette situation appelle à accorder une attention renouvelée à cette tranche de la population et aider le pays dans la mise en place d’un système de protection sociale moderne, efficace et accessible à tous » estime Sylvie Dossou, représentante résidente de la Banque Mondiale pour le Gabon.

Toutefois, les Cahiers Économiques du Gabon relèvent la volonté du gouvernement à mettre en place un système de protection sociale pour les populations les plus vulnérables, la stratégie d’investissement humain, lancée depuis deux ans. Mais les économistes affirment que le déploiement d’un tel projet devra relever des défis majeurs : la viabilité budgétaire du système, le ciblage des bénéficiaires, l’absence de données…

Georges-Maixent Ntoutoume

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?