Semaine de la Danse : Gaëlle, Nathalie et Peter donnent rendez-vous à l’IFG

24 octobre 20170
Partager

Peter Nkoghe, Gaëlle Ikonda et Nathalie Moulain ont animé une conférence de presse ce lundi à l’Institut français du Gabon, en salle Madeleine Renaud. Une conférence de presse en prélude à la semaine de la Danse qui se déroulera du 25 au 28 octobre 2017 au sein de ce même Institut et qui a été suivie par une exposition Regards de masques, en présence du photographe Pierre Amrouche.

JPEG
La scène, c’est leur univers commun. Nathalie Moulain avec le « Studio Corps Accord », Peter Nkoghe avec «  Seul, je m’étais promis un jardin en rose » et Gaëlle Ikonda et son « Ne m’oublie pas  » suivi de Albi, ont promis de donner le meilleur d’eux durant cette semaine de la Danse pour faire rêver les spectateurs qui seront présents au rendez-vous.

Sous la direction de Nathalie Moulain, le Studio Corps Accord sera sur scène ce mercredi 25 octobre à 20h. Peter Nkoghe avec « Seul, je m’étais promis un jardin en rose » offrira son spectacle ce jeudi 26 octobre à 20h. Danseur et chorégraphe, Peter Nkoghe, l’auteur de Seul, je m’étais promis un jardin en rose, à travers sa création, dit être à la recherche de l’équilibre de la société. Aussi, affirme-t-il, s’être promis une vie en rose avec sa danse, qui pour lui est non seulement une passion, mais également un art de vivre.

L’auteure de « Ne m’oublie pas » suivi de Albi, puise son inspiration, nous dit-elle, dans le patrimoine culturel Ikota et bien d’autres cultures gabonaises. Issue de trois provinces du Gabon (Ogooué-Ivindo, Haut-Ogooué et Ogooué-Lolo), Gaëlle Ikonda dit sa fierté de parler sa langue maternelle, un des éléments pas des moindres de sa propre culture. A travers Ne m’oublie pas, Gaëlle Ikonda avoue éveiller les consciences pour valoriser le patrimoine culturel à travers sa création. Quant à Albi, nous explique-t-elle : « C’est la vie d’un jeune albinos vivant au Gabon et celle des autres albinos de l’Afrique Australe et leur vécu quotidien qu’elle met en lumière".

La conférence de presse a été suivie d’une explosion une exposition Regards de masques, en présence du photographe Pierre Amrouche. Une exposition, qui somme toute, a séduit les visiteurs venus nombreux pour admirer les chefs d’œuvre de l’artiste. L’artiste qui a été chaleureusement admiré.

Martial TSONGA

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?